Expérimentation des feux de jour : les usagers vulnérables vont être les cobayes...

Retour à la rubrique Sécurité Routière du site FUBicy - Retour à la page d'accueil fubicy.org<<


29 octobre 2004 : la FUBicy vous invite à ne pas expérimenter les feux de jour.

les pouvoirs publics n'ayant pas apporté de réponse satisfaisante aux questions des associations d'usagers non motorisés, la FUBicy vous invite à ne pas allumer vos feux de jour, sauf sur autoroute, ou par temps de pluie hors agglomération. En vous abstenant d'allumer vos feux de jour, vous économisez environ 2% de carburant, et vous montrerez par ce geste que vous accordez autant d'attention aux usagers non motorisés, dépourvus de phares, qu'aux automobilistes.


FUBicy, communiqué de presse du 20 octobre 2004
Les cyclistes laissés pour compte dans l’expérimentation de feux de jour


Le gouvernement a décidé d’expérimenter la généralisation de l'usage des feux de jour, hors agglomération, à partir du 31 octobre. La mesure sera basée sur le volontariat, pendant 5 mois.

La FUBicy, fédération française des usagers de la bicyclette et la FFCT (Fédération Française de Cyclotourisme) dénoncent l’absence de prise en compte des usagers non motorisés dans cette décision.

Piétons et cyclistes seront bien moins visibles que les voitures. Si les automobilistes s’habituent à adapter leur conduite en fonction de la présence ou non de phares dans leur champ visuel, la FUBicy et la FFCT redoutent un accroissement du nombre d’accidents graves pour les cyclistes.

Les études mises en avant par les pouvoirs publics ne permettent pas de conclure que la généralisation des feux de jour sera exempte d’effets négatifs pour les usagers non motorisés . Nous regrettons que la politique de sécurité routière n’accorde pas plus d’attention aux usagers vulnérables. Les mesures courageuses engagées depuis plusieurs mois pour lutter contre l’insécurité routière laissaient espérer mieux.

Compléments d'information :

Les accidents mortels les plus fréquents pour les cyclistes hors agglomération sont de type "collision arrière". C'est-à-dire que le cycliste est fauché par une voiture qui allait dans le même sens que lui. On voit vraiment mal comment le fait que les véhicules motorisés auront leurs feux allumés de jour peut avoir un impact positif sur la sécurité des usagers non motorisés dans cette configuration, au contraire.

La crainte que les conducteurs conduisent plus vite s'ils se savent plus visibles n'est pas dénuée de fondement : il y a quelques années, le système ABS n'a pas fait diminuer le nombre d'accidents pour les conducteurs qui en étaient équipés, car mis en confiance par cet équipement plus sûr, ils s'autorisaient à conduire plus vite... A tel point qu'un compagnie d'assurance allemande, qui avait à l'origine accordé une ristourne à ses conducteurs équipés d'ABS, y a renoncé.
Deux références illustrant ce phénomène "effet ABS" (articles en anglais)

http://pavlov.psyc.queensu.ca/target/chapter07.html
http://www.ambulancedriving.com/research/r-u1-e4-pce-09-01.html

^ haut de page ^


La FNAUT, Fédération Nationale des Associations d'Usagers des Transports, critique l'expérimentation de l'allumage des codes en plein jour


La FNAUT a apprécié la politique ferme et efficace de sécurité routière mise en oeuvre par le gouvernement Raffarin depuis 2002. Elle approuve l'installation prévue de nouveaux radars automatiques, l'adoption de la tolérance "zéro" en matière d'alcoolémie pour les conducteurs de véhicules de transport collectif, et le projet de transformer les grands excès de vitesse en délits dès la première infraction.


Elle désapprouve par contre la prochaine expérimentation de l'allumage des codes en plein jour : cette décision technocratique n'est conçue qu'en fonction des automobilistes, son efficacité est  douteuse et ses effets pervers prévisibles sont nombreux.

La FNAUT désapprouve par ailleurs la réduction du montant des amendes pour petits excès de vitesse, prévue par le gouvernement. En laissant entendre que les petits excès de vitesse, très nombreux, ne sont pas "si graves que ça", le gouvernement risque, en brouillant son message de fermeté, de provoquer un relâchement de la discipline des conducteurs et une augmentation de la vitesse moyenne et des risques, en particulier en milieu urbain.

J.Sivardière, président de la FNAUT, 8 juillet 2004.

^ haut de page ^


La FFCT, Fédération française de cyclotourisme, s'inquiète et interroge le Ministère des Transports

OBJET : Rouler avec les codes allumés dans la journée
(Votre Réf : CCY/D/04009156/MB)

Monsieur le Chef Adjoint de Cabinet,


Nous vous remercions pour votre lettre du 21 septembre 2004 concernant le projet d’utiliser les feux de croisement le jour.
Malheureusement elle ne répond pas vraiment à nos questions. Cela nous intéresse toujours de connaître vos prévisions précises dans les domaines suivants :
1. L’accidentologie des usagers vulnérables
2. L’évolution de la vitesse des automobiles
3. La pollution et la production des gaz à effet de serre

Nous tenons également à répondre à certains arguments évoqués dans votre lettre :

1. L’expérience des autres pays
Les pays que vous citez sont très différents du nôtre, mais si les études de leur expérience avec les codes de jour montraient de réels avantages pour les cyclistes nous serions les premiers à demander l’application de ce système en France. Malheureusement ce n’est pas le cas. La Commission Européenne a effectivement demandé des études mais les résultats ne sont pas concluants, même pour les automobilistes.

Par contre, les autres pays ont des idées qu’il nous paraît urgent d’adopter ici :
- En Amérique du Nord il y a des bandes de sécurité presque partout
- Le Danois ont créé un réseau cyclable de grande qualité (nous avons un gros retard dans ce domaine)
- Les Scandinaves sont courtois envers les cyclistes
- Les Italiens créent des ZTL (zones à trafic limité) très étendues, ce qui a entraîné une hausse spectaculaire du nombre de cyclistes en ville

Nous tenons à vous signaler que les codes de jour ne sont pas obligatoires en Suisse. C’est certainement la première fois qu’on cite la Hongrie, la Pologne et la Slovénie en matière de sécurité routière, il faudra leur dire, ils seront contents.

2. « Les cyclistes seront mieux vus »
Malheureusement, les cyclistes ne seront pas plus visibles. Les catadioptres et les matières réflectorisantes n’y changent rien. Allumez vos codes en plein jour et regardez les surfaces réflectorisantes des panneaux de signalisation. Vous ne verrez aucune différence. Il en est de même pour les catadioptres d’un vélo.
Tout le problème des codes de jour, c’est qu’ils attirent l’attention vers les automobiles sans éclairer les usagers vulnérables. Pour les cyclistes qui roulent de jour, notre fédération conseille des vêtements fluos plutôt que des bandes de Scotchlite. Cependant, le fluo est beaucoup moins visible que les codes.

3. Les feux dédiés pour réduire la pollution
La pollution va donc augmenter, malgré les 17,000 décès anticipés chaque année (selon le livre de Philippe Douste-Blazy, « La ville à bout de souffle »). Vous espérez sauver quelques centaines d’automobilistes, finalement c’est très peu. Tous les jours, les cyclistes sont en contact direct avec la pollution, nous espérons des mesures pour réduire celle-ci… et de réels efforts d’éducation et de sensibilisation pour améliorer le respect des usagers vulnérables.

En vous remerciant d’avance, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Chef Adjoint de Cabinet, l'expression de nos sentiments les meilleurs.


Steve Jackson, Délégué Sécurité Régional
Membre de la Commission Sécurité Nationale FFCT

^ haut de page ^


Communiqué de presse de la FFMC, Fédération Française des Motards en Colère
23 octobre 2004

Suite à des réactions de plusieurs adhérents, la FUBicy précise qu'elle ne reprend pas nécessairement à son compte la totalité des arguments avancés par la FFMC à l'encontre des mesures de la Sécurité Routière, mais nous vous invitons à consulter l'argumentaire "Feux de jour" de la FFMC, bien documenté, et qui souligne très explicitement le problème de moindre visibilité des usagers vulnérables (piétons, cyclistes, cylomotoristes).

Ne pas se laisser éblouir : la FFMC appelle au boycott de l'allumage des feux de croisement

Depuis 1975, les motocyclettes ont obligation d'allumer leurs feux de croisement de jour. Cette disposition bien acceptée s'explique par leur
visibilité réduite, due à leur gabarit moins imposant et en raison de leur plus grande vulnérabilité en cas d'accident.

Le gouvernement a décidé d'engager, le 30 octobre 2004, une campagne nationale pour recommander à tous les usagers d'allumer leurs feux de croisement quand ils circulent de jour hors agglomération. Dans les faits, et avec la densification de la circulation en zone urbaine, cela reviendra à 'noyer' les usagers de la route les plus vulnérables, motos, mais surtout cyclomoteurs et vélos, dans une marée de phares.

Dans son principe, l'allumage des feux permet de porter une attention particulière à certaines catégories d'usagers, motocyclistes, ou véhicules d'intervention d'urgence. Demain les phares allumés indiqueront simplement que des véhicules circulent, sans aucune distinction. Alors même que les effets positifs de cette mesure sont loin d'être avérés, la FFMC craint que la situation à l'égard des deux roues n'empire, notamment vis à vis des cyclomotoristes, moins visibles et conduits par des usagers souvent moins expérimentés. Les fédérations de cyclistes, Fubicy, et FFCT se sont pour leur part exprimées dans un communiqué de presse du 19 octobre où ils s' estiment « laissés pour compte » dans l'expérimentation de feux de jour et redoutent une aggravation des accidents.

La FFMC qui oeuvre depuis bientôt 25 ans pour la sécurité des usagers de la route motocyclistes s'inquiète de la mise en place de cette expérimentation. Elle a avancé un certain nombre de propositions au ministère des transports, notamment de développer les dispositifs d'allumage automatique des feux de croisement lorsque les conditions de luminosité baissent. Ces propositions ont été balayées d'un revers de la main par le ministre.
Elle invite donc l'ensemble des automobilistes à boycotter cette mesure d' allumage permanent des feux de croisement, et appelle à un week end de mobilisation les 30-31 mars.

Elle a recueilli à ce jour plus de 100000 signatures sur la pétition qu'elle a lancé contre cette mesure.
Plus d'info : http://www.ffmc.asso.fr

^ haut de page ^


Feux de jour : 2eme WE de mobilisation nationale de la FFMC
Les samedi 30 et dimanche 31 octobre 2004


Une nouvelle fois, les motards se mobiliseront contre l'allumage des feux de croisement des automobiles le jour. Ce motocollant, offert dans le Moto Magazine d'octobre, sera distribué lors de ces manifestations.
La Fédération Française des Motards en Colère alerte les automobilistes : la décision des pouvoirs publics de recommander l'allumage des feux de croisement pour tous les véhicules, en plein jour, pendant la période hivernale, n'est qu'une opération d'esbroufe, fondée sur le mensonge et dangereuse de surcroît.

Contrairement aux affirmations du ministre des transports :

Cette mesure est dangereuse.

http://www.motomag.com/nouveau/ffmc/accueil.htm?CODE=753

^ haut de page ^

Retour au sommaire Sécurité Routière  du site FUBicy -  Page d'accueil fubicy.org<<