Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Site internet de la Fédération des Usagers de la BICYclette

Vous êtes ici : Accueil » Conseils pratiques » Accessoires

>>Eclairage (phares et alimentation)

2 octobre 2012
Tellement indispensable qu’on ne devrait pas le classer dans les "accessoires" ! Ne lésinez pas sur l’éclairage. Il est difficile d’en trouver de très bonne qualité en France, mais vous réduirez vraiment le risque d’accident grave de nuit en vous équipant correctement.

Un dossier thématique réalisé en octobre 2012 sur l’éclairage des vélos vous est proposé en téléchargement.
Télécharger le dossier complet, 15 pages.

D’une longueur d’une quinzaine de pages, vous y retrouverez :
- la réglementation en vigueur sur les dispositifs d’éclairage et leur homologation
- les principaux dispositifs d’éclairage actif
- la diversité des accessoires et équipements constituant un éclairage passif
- des exemples d’actions ciblées grand public, auprès des scolaires ou en entreprise
- des références de fabricants de matériels...


JPG - 33.6 ko
Un cycliste qui vit dangereusement.

Un conseil amical : ne comparez pas le prix de l’éclairage qu’avec celui de votre vélo, mais avec celui que vous accordez à votre propre sécurité. Les prix les plus bas sont malheureusement souvent corrélés avec une fiabilité et une durabilité très faibles...

Cette page est consacrée uniquement à l’éclairage actif (les phares et leur alimentation), mais ne négligez pas l’éclairage passif :

JPG - 51.8 ko
Un cycliste bien équipé.

- obligatoire : catadioptre avant et arrière, réflecteurs de roues (ou pneus à flancs réfléchissant), réflecteurs de pédale. Attention, depuis octobre 2008, le gilet fluo est obligatoire de nuit hors agglomération.
- facultatif : gilet ou pinces fluo, parements réfléchissants sur les sacoches, écarteur de danger avec catadioptres...

Dynamo, piles ou batteries ?


Si vous utilisez un même vélo en ville et en rando tout-terrain, il vous faudra un éclairage amovible. Si vous roulez très rarement de nuit, des piles suffiront, sinon optez pour les batteries rechargeables, elles seront vite amorties. Si possible, prenez un jeu de rechange avec vous : la tension des batteries chûte très vite en fin de cycle.

Si vous utilisez régulièrement votre vélo en ville, un éclairage fixe, à dynamo, sera plus approprié. Pas de souci avec les charge/décharge, et vous pourrez, contrairement aux éclairages amovibles, le laisser à demeure sur votre vélo sans trop de risque de vol. Les interconnections via les garde-boue, souvent utilisées pour les phares arrière, se corrodent vite ; des câbles sont préférables.

Différents types de dynamos


Les dynamos de moyeu sont plus fiables, elles tournent imperturbablement même par temps de pluie, quasiment sans frottements mécaniques si le roulement est de bonne qualité. Leur rendement est limité par la qualité du circuit magnétique, il peut varier de 20% à 80%. Elles sont encore très rares en France, mais se démocratisent progressivement (Shimano et SRAM, entre autres, en produisent, à partir de 30 € moyeu seul). Les performances de la dynamo de moyeu Schmidt SON impressionneront les connaisseurs, et son prix impressionnera les autres (environ 150 € moyeu seul). Compter 60 € en plus du moyeu pour roue + montage si vous ne le faites pas vous-même.

Les dynamos latérales sont plus légères, mais trop souvent de rendement faible, et surtout, de fiabilité très aléatoire, à part quelques modèles haut de gamme de bon rendement (Busch & Müller Dymotec S6 ou S12, ou Dynosys Light Spin - un bon produit qui ne semble hélas plus commercialisé), ou de rendement moins élevé mais de bon rapport qualité/prix (AXA HR Traction, Nordlicht HQ Max...). Selon les performances, les prix peuvent aller de ≈ 30 à plus de 100 € pour une dynamo solide et de bonne qualité.

Les dynamos dites sous base, qui se fixent sous la boîte de pédalier, sont rares, et ne fonctionnent bien qu’avec des pneus lisses (vélos de route). Performances comparables aux bonnes dynamos latérales, mais plus exposées à l’encrassement par la boue.

Lampes ordinaires, halogènes, ou Diodes Electro-Luminescentes ?


Si vous avez une bonne dynamo, n’hésitez pas à mettre un phare halogène devant, ça éclaire mieux. Dans les bons phares halogènes, l’ampoule est protégée des surtensions par une diode Zener. Pour l’arrière, un phare à diodes durera plus longtemps que des lampes ordinaires, tout en consommant moins d’énergie.

Si vous avez des piles ou batteries, la durée d’autonomie sera faible avec un halogène, cherchez plutôt un phare à diodes. Les diodes blanches sont relativement chères, mais ont beaucoup progressé depuis quelques années. Les meilleures éclairent maintenant mieux que des lampes "classiques". Un nombre croissant de fabricants en vendent : Cateye , SigmaSport , Trelock ,...

Selon les performances (puissance, qualité optique, avec/sans feu de position, solidité des connections), compter de 20 à 100 € pour un ensemble phares avant+arrière.

Feux de position : restez visibles à l’arrêt


On trouve des éclairages vélo sur dynamo avec une fonction feu de position : ce dispositif, basé sur un condensateur et des diodes, permet de maintenir des DEL allumées pendant environ 2 minutes après l’arrêt de la dynamo. Vous restez ainsi visible quand vous attendez dans un carrefour, c’est un plus pour votre sécurité.

La fonction feu de position est devenue obligatoire en Allemagne : voir catalogue en ligne Busch & Müller . Existe aussi sur le haut de gamme des phares AXA-Basta ou JOS-Spanninga .

Nos articles déjà publiés sur l’éclairage vélo

  • un article ancien (sept.2000), avec quelques informations complémentaires : il est sur l’ancien site, rubrique Vélocité > Sommaires > Anciens numéros > Vélocité 58


Site développé sous SPIP 1.9.2p
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2 [squelette]
RSS