Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Site internet de la Fédération des Usagers de la BICYclette

Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Essayez donc ! » Atouts du vélo pour le cycliste

>>On respire mieux à vélo qu’en voiture

17 juillet 2006
Contrairement à un préjugé largement répandu, les cyclistes respirent en moyenne moins de polluants que les automobilistes !

Etonnant ? Explications :

  • le cycliste se faufile, donc il reste moins longtemps que l’automobiliste dans les zones les plus embouteillées, plus polluées
  • à vélo, on prend son air nettement plus haut au-dessus des pots d’échappement, alors que la ventilation d’une voiture aspire l’air près du pot d’échappement de la voiture qui précède
  • le filtre de la ventilation n’arrête pas tous les polluants, et ceux-ci ont tendance à s’accumuler dans l’habitacle de la voiture si on ventile peu.

Ainsi, le cycliste compense largement le fait qu’il inhale plus d’air quand il fait un (petit) effort pour pédaler, et au total il est gagnant.

Alors... coupez le moteur, respirez le bonheur !

Plusieurs études scientifiques ont été faites en plaçant des capteurs portatifs, dosant différents gaz, soit dans un habitable de voiture, soit sur un cycliste. Les résultats de ces études, menées dans différents pays (France, Pays-Bas, Corée), sont cohérents.

Ci-dessous, des résultats extraits de l’étude menée dans Paris. Le chiffre pour chaque polluant indique la concentration moyenne, mesurée en microgramme/m3, lors de déplacements faits à pied, à vélo, en voiture, ou en transports en commun.

. CO NO NO2 benzène toluène
vélo 3,2167 71 35127
voiture 10 409 7765288
piéton 2,9 144572792
bus 3 311862894
métro 2,4 173 4127109

Un cycliste qui fait un effort modéré (en moyenne, un peu moins de 20 km/h en ville) inhalera 30 à 50% plus d’air qu’un automobiliste au repos. Cela réduit l’avantage, mais au total, le cycliste reste moins exposé que l’automobiliste : à vélo, il inhalera en moyenne 1,5 à 2 fois moins de polluants !

D’après une autre étude, pour les hydrocarbures "COV" (composés organiques volatiles, dont certains ont des effets cancérigènes), l’automobiliste est en moyenne 2 fois plus exposé qu’un passager de bus et 6 fois plus exposé qu’un cycliste. Ces données ont été enregistrées en hiver, les auteurs soulignant que l’automobiliste est encore plus exposé en été, du fait d’une évaporation plus importante du carburant de son réservoir.

En 2009, l’étude menée à Toulouse par l’Oramip , Observatoire régional de l’air en Midi-Pyrénées, a confirmé ces résultats : ce sont les automibilistes et leurs passagers qui respirent le plus de polluants.

Pour en savoir plus

Méthodologie, résultats détaillés, études plus récentes : consultez 2 articles de 2007 sur le site de

Autres sources :
- magazine Que Choisir, numéro 391, Mars 2002, p.33
- revue scientifique Atmospheric Environment N° 33, janvier 1999
- bulletin La santé et l’environnement, mairie de Paris



Site développé sous SPIP 1.9.2p
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2 [squelette]
RSS