Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Site internet de la Fédération des Usagers de la BICYclette

Vous êtes ici : Accueil » Vélocité » Edito

>>Le code de la rue est-il en panne ?

15 décembre 2009
JPG - 7.9 ko

L’utilisation quotidienne du vélo séduit aujourd’hui de nouveaux usagers qui prennent conscience que la mobilité peut se décliner efficacement en pédalant : quoi de plus normal compte tenu de la faiblesse de la part modale du vélo dans les déplacements en France, par rapport à nos voisins nord-européens ! Après l’effet des vélos en libre-service, un regain d’intérêt est actuellement sensible avec les vélos à assistance électrique. C’est une réponse adaptée lorsque l’utilisateur est confronté à des contraintes de relief, de distance ou de santé : fabricants et décideurs se précipitent désormais pour inciter à l’achat de VAE. Pourquoi pas, mais il est dommage que cet empressement ne profite pas aussi aux utilisateurs d’un vélo classique : Colmar a pourtant ouvert la voie en 2008 avec une subvention de 100 € par foyer pour l’achat d’un vélo !

Ce que nous attendons avec impatience, ce sont des avancées réglementaires pour favoriser les déplacements à vélo : depuis mars 2006 la réflexion sur le code de la rue, à l’instar de ce que la Belgique a mis en place de façon pragmatique, a permis de mettre en œuvre des chantiers pour un meilleur respect des usagers les plus vulnérables, avec notamment le double sens cyclable systématique en zone 30. Mais depuis plus d’un an maintenant, cette concertation est en sommeil.

Favoriser la circulation à vélo, c’est agir en faveur de la planète et, à la veille de la conférence de Copenhague, il ne serait pas compréhensible que le code de la rue soit en panne en France. Pour aller plus loin, la FUBicy privilégie trois nouvelles propositions : réduire la vitesse en agglomération à 30 km/h afin d’apaiser le trafic général, ouvrir les voies de bus à la circulation cycliste et enfin mettre en place la proportionnalité des peines pour les conducteurs de vélos, qui actuellement, lorsqu’ils se protègent en anticipant leur démarrage pour éviter les véhicules motorisés, sont verbalisables au même prix qu’un automobiliste.

Christophe Raverdy Président de la FUBicy


Vélocité n°103 - décembre 2009



Site développé sous SPIP 1.9.2p
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2 [squelette]
RSS