Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Site internet de la Fédération des Usagers de la BICYclette

Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Archives » Actualités vélo et politique des déplacements

>>Comment réduire les émissions de gaz à effet de serre pour les nuls : tout simplement en faisant plus souvent du vélo

13 décembre 2011
Une nouvelle étude sur le potentiel du vélo en matière de réduction des émissions

De nombreux observateurs focalisent actuellement leur attention sur les réductions des émissions à effet de serre (GES) à l’échelle de l’Union européenne (UE). Car au vu de la progression actuelle et des résultats effectivement obtenus, il est à craindre en effet que les objectifs fixés cette année par l’UE ne seront pas atteints. Il ressort de récents rapports sur les tendances du secteur européen des transports que l’UE n’atteindra pas l’objectif de réduction des émissions dues aux transports de 60% entre 1990 et 2050 grâce aux seules technologies.

Une étude récente de la Fédération Européenne des Cyclistes (ECF), qui a quantifié les économies d’émissions permises par le vélo par rapport à d’autres modes de transport, apporte des éléments de réflexion intéressants sur le sujet. Elle a permis d’établir que les émissions induites par les déplacements en vélo, y compris si l’on tient compte de la production et de l’entretien des vélos ainsi que du carburant (de la nourriture) requis pour les utilisateurs de vélo, étaient plus de 10 fois inférieures à celles des voitures particulières.

L’ECF a enquêté sur la manière dont le vélo, en confrontant les données relatives à la voiture, au bus, au vélo à assistance électrique et au vélo ordinaire, était susceptible d’aider l’UE à atteindre ses objectifs de réduction des GES, pour 2050, dans le domaine du transport. D’après cette étude, l’UE serait en mesure, si la pratique du vélo par ses citoyennes et ses citoyens atteignait le niveau qui était celui des Danois en 2000 (2,6 km par jour en moyenne), de remplir un quart de son objectif de réduction des émissions pour le secteur du transport.

« Une pratique du vélo à hauteur de 5 km par jour nous permettrait de remplir 50% de notre objectif », note l’auteur, Benoit Blondel, le Responsable Environnement et Santé de l’ECF, ajoutant que « le potentiel d’accomplissement de ces objectifs grâce au vélo est immense. L’augmentation du nombre de déplacements en vélo ne requiert en outre que peu d’efforts, de même que son coût est considérablement inférieur à celui de la multiplication des voitures électriques par exemple. »

L’étude corrobore également l’évaluation récente de l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) selon laquelle les seules améliorations d’efficience des technologies et des carburants ne permettraient pas à l’UE d’atteindre son objectif de réduction de 60% des émissions dues au transport.

M. Blondel a ainsi déclaré : « Nous devrons modifier nos comportements si nous voulons vraiment atteindre ces objectifs. Il ne s’agit pas de nous déplacer moins, mais de revoir la manière dont nous nous déplaçons, ainsi que les choix offerts par les gouvernements en matière de transport. »

Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :
- Les émissions induites par le vélo sont plus de 10 fois inférieures à celles des voitures particulières, y compris si l’on tient compte de la quantité de nourriture supplémentaire nécessaire pour un cycliste par rapport à un utilisateur de moyen de transport motorisé.
- Les émissions des E-vélos , malgré leur assistance électrique, sont du même ordre que celles des vélos ordinaires. L’E-vélo étant utilisé pour 56% des trajets quotidiens entre domicile et travail d’une distance moyenne et se substituant à la voiture pour 39% des trajets, son potentiel de réduction supplémentaire des émissions dues au transport est immense.
- Les dispositifs de vélo en libre-service, une alternative aux moyens de transport motorisés pour 50 à 75% des utilisateurs, sont également potentiellement susceptibles de permettre des réductions supplémentaires des émissions.
- L’utilisation du vélo, si les niveaux au sein de l’UE des 27 étaient équivalents à ceux relevés au Danemark en 2000, permettrait de réaliser 26% de l’objectif de GES défini pour le secteur des transports pour 2050.
- Une pratique du vélo par les citoyens de l’UE aux niveaux prévalant au Danemark permettrait de réduire les importations de pétrole brut de l’UE – actuellement de 955 millions de barils par an – de près de 10%.
- Les objectifs de l’UE ne seront pas atteints grâce à la seule technologie. Ils nécessiteront des plans ambitieux prévoyant, à l’échelle de l’UE, de remplacer les moyens de transport motorisés individuels par d’autres modes de transport. La combinaison de mesures d’amélioration (soit des véhicules plus efficients – ou une utilisation plus efficiente de ceux-ci –, des carburants à faible émission de carbone et une utilisation plus efficiente des systèmes de transport) ne permettra qu’une diminution de 20% d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990.

Télécharger une copie du rapport en anglais
Télécharger le communiqué de presse


Document(s) lié(s) à cet article

Communiqué de presse ECF
[156 ko]

Site développé sous SPIP 1.9.2p
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2 [squelette]
RSS