Fédération française des Usagers de la Bicyclette

Site internet de la Fédération des Usagers de la BICYclette

Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Aménagements

>>Pistes et bandes cyclables

21 septembre 2007
Bande ou piste... Chacun de ces aménagements répond à des objectifs précis et à des contraintes différentes et l’une comme l’autre est plus particulièrement adaptée à certains publics et à certains itinéraires. Bandes et pistes ont donc leur place dans un réseau cyclable au même titre que les zones 30, les rues piétonnes, les couloirs bus-vélo ou les “voies vertes”. Dans la logique de rétrocession de l’espace public au profit des circulations douces (piétons, cyclistes...), pistes ou bandes s’installent, sauf contraintes particulières, sur la chaussée.

- Définitions et caractéristiques

  • Selon l’article R110-2 du Code de la Route, la piste cyclable est une “chaussée exclusivement réservée aux cycles à deux ou trois roues”. Elle est physiquement séparée de la circulation motorisée (au moyen d’un séparateur infranchissable par les véhicules à moteur) et peut être bidirectionnelle.
  • La bande - toujours unidirectionnelle - désigne, sur une chaussée à plusieurs voies, celle réservée aux cyclistes. Elle est délimitée par une ligne blanche discontinue.
  • La voie verte, dont le statut est en cours d’intégration au Code de la route, est une route exclusivement réservée à la circulation des véhicules non-motorisés et des piétons.

- Réalisations techniques

  • Bande "standard"
    Dimension recommandée : entre 1,20 m et 1,50 m. Inférieures à 1,20 m, elles sont inconfortables ; entre 1,50 m et 2 m la surlargeur n’est utile que si la bande accueil aussi des cyclomotoristes ou pour permettre à deux cyclistes de se dépasser sans "sortir" de la bande. Elle est positionnée entre la voie la plus à droite et le trottoir ou entre celle-là et la file de stationnement ; située entre cette dernière et le trottoir elle pose des problèmes de sécurité et n’est donc pas recommandée.
  • Bande étroite
    Une bande étroite (largeur admise : 0,75 m à 1,20 m) est plutôt un refuge qu’un véritable espace cycliste (usage non obligatoire, signalisation non obligatoire). Ce type de bande n’est pas recommandé par la FUBicy.
  • Bande à contresens
    La bande à contresens (largeur recommandée : 1,20 m à 2 m) assure la continuité d’un réseau malgré l’instauration de rues à sens unique. Elle est délimitée par une bande blanche. Il est recommandé de compléter ce marquage par des
  • La piste peut avoir une largeur comprise entre 1,50 m pour un aménagement unidirectionnel peu fréquenté et 3 m pour une piste bidirectionnelle.

- Éléments de choix
Les paramètres suivants doivent être pris en compte simultanément :

  • Type d’usager cycliste : adulte expérimenté et pressé ou public scolaire, jeune, familial, en promenade ou en visite ?
  • Type d’usage : déplacements quotidiens ou usages occasionnels (loisirs, week-end) ? Y a-t-il d’autres catégories d’usagers sur l’aménagement ou à proximité immédiate (rollers, piétons...) ? Nombre actuel, prévisible ou souhaité de cyclistes ?
  • Type, volume, vitesse et niveau du trafic général : voitures, poids lourds, autobus, tramways, flux piétons.

La bande cyclable constitue le plus souvent en milieu urbain la meilleure aide à la pratique de la bicyclette tant pour des raisons de place que d’usage et de financement. Elle permet, par la présence forte du cycliste sur la chaussée même, d’introduire non seulement une certaine forme de modération de la vitesse du trafic motorisé mais aussi de montrer aux utilisateurs de l’espace public que “le vélo existe” et qu’il constitue une alternative valable à l’automobile dans le choix du mode de déplacement.

Par rapport à la piste cyclable, la bande a eu longtemps mauvaise presse tant auprès des usagers que des aménageurs. De nombreuses expériences françaises et étrangères ont prouvé depuis que la bande cyclable est souvent plus sûre que la piste. En effet, sur une piste cyclable séparée physiquement du trottoir et de la chaussée, le cycliste peut éprouver un sentiment de sécurité excessif et ne pas être assez attentif au danger au moment où il doit se mêler à nouveau à la circulation générale. Sur une simple bande, où il côtoie les automobilistes, le cycliste est toujours préparé à partager momentanément l’espace disponible avec les autres usagers.

La bande constitue une solution intermédiaire entre les aménagements en site propre et les solutions intégrées de type zone 30. Economique, elle n’a besoin que d’un simple marquage ; rapidement installée, elle s’avère d’une grande souplesse d’utilisation pour les usagers : on y accède facilement et on la quitte de même.

Remarque : dans les zones 30 et assimilées, aucun aménagement n’est nécessaire sauf pour les contresens cyclable dans les voies à sens unique. On peut toutefois choisir de marquer une bande pour réduire la largeur des voies et avoir ainsi un effet sur les vitesses pratiquées.

A lire pour plus de détails : les fiches techniques du CERTU et du Club des villes cyclables :

- n°2 "bandes cyclables" (PDF 172 ko)

- n°7 "pistes cyclables" et n°8 "bande ou piste ?" : le site du CERTU a été restructuré, le lien vers le document est cassé, il vous faut maintenant remplir un petit formulaire ne ligne pour télécharger ces fiches.

Les fiches sont maintenant réparties dans plusieurs rubriques des publications CERTU :
- catalogue "Aménagements Cyclables"
- catalogue "Vélo"
- catalogue "Partage de la voirie"

Vous pouvez accéder plus rapidement à ces fiches sur le site du Club des Villes Cyclables , menu Documentation > Fiches CERTU/Club.



Site développé sous SPIP 1.9.2p
Utilise le squelette RÉCIT-FP Partenaires v1.5b2 [squelette]
RSS